Méthode classique

Méthode classique

Parent Previous Next

Dans la méthode classique de calcul de l'intervalle de confiance on doit calculer l’Erreur Standard de Mesure (ESM) aussi appelé SEM (notation anglo-saxonne). Pour calculer l'intervalle de confiance, et en référence à la loi normale, on applique la formule suivante :


[x- u * ESM ; x + u * ESM]


avec  X, le score observé et u la valeur lue dans la table de la loi normale


Rappel :        pour un intervalle de confiance est de 95% ; u = 1,96

pour un intervalle de confiance est de 90% ; u = 1,644

pour un intervalle de confiance est de 70% ; u = 1,04

pour un intervalle de confiance est de 68% ; u = 1



Remarques

De cette  formule on peut déduire que plus la fidélité est faible plus l'intervalle de confiance sera important pour une probabilité donnée (ce qui traduit que le score observé peut être très éloigné du score vrai). La connaissance de la fidélité permet donc de relativiser un score numérique unique.

Dans la méthode classique on centre l'intervalle de confiance sur le score observé. En centrant ainsi l'intervalle de confiance on postule que le score observé est une estimation correcte (sans biais) du score vrai. Sachant que la corrélation entre le score observé et le score vrai n'est jamais parfaite il existe alors nécessairement un phénomène de régression à la moyenne (cf. glossaire). Cela signifie que les scores supérieurs à la moyenne sont souvent surestimés et les scores inférieurs à la moyenne sont souvent sous estimés. C'est la raison pour laquelle on utilise de plus en plus souvent la méthode recommandée par Glutting, McDermott et Stanley (1987), méthode qui ne centre plus l'intervalle de confiance sur la note observée et qui utilise non plus l'erreur standard de mesure mais une estimation (ESME) du ESM (cf. méthode alternative).

Lors de du calcul de l'intervalle de confiance on part du postulat d'homoscédasticité (i.e. on suppose que l'erreur de mesure est la même pour tous les niveaux de la mesure). Ce postulat est discutable car  l'ESM varie en fonction du niveau de la mesure. Lorsque c'est possible il est donc  conseillé de calculer un C-ESM et donc un IC par score observé (très peu d'épreuves appliquent actuellement cette recommandation).